Mon pizzaiollo est lean, et heureusement ….

pizzaioloVous connaissez certainement cette entreprise près de chez vous qui livre ses clients en moins de 30 mn. Nous verrons un peu plus bas qu’elle est très Lean ……

Mais, avant de lire la suite, imaginez un instant que le pizzaiolo fasse de la gestion de production comme elle se pratique encore dans beaucoup d’entreprises industrielles :

  • L’équipement coûteux est le four, il faut l’optimiser : cuire les pizzas lorsqu’il y en a 5 de prêtes ou pire encore n’allumer le four qu’une fois par heure : Quelle serait le temps d’attente des clients, la gestion des plannings
  • Regarder les ventes de la semaine précédente et préparer les mêmes pizzas à l’avance en pensant les vendre : Combien d‘invendu ?
  • Étaler la pâte de plusieurs pizzas d’avance pour aller plus vite ensuite : Qu’elle surface pour la préparation ?
  • Embaucher plusieurs personnes spécialisées sur une tache : combien de temps perdu ?
  • Installer un logiciel d’ordonnancement pour optimiser le planning et les changements de série ou pire encore réduire le nombre de pizza de la carte

En quelques chiffres Cette entreprise a environ 30 références standards  à son catalogue et réalise des produits sur mesure. En fonction de sa charge, le délai de livraison est de 5 à 45 minutes après réception de la commande. Pourtant, elle ne fait aucun stock de produits finis. Le délai de fabrication de chaque produit est de 3 à 5 minutes, pour assembler de 3 à 10 composants. Elle approvisionne environ 40 composants différents, avec des consommations très différentes. La superficie de chaque atelier  est de moins de 10 m², avec 1 ou 2 collaborateurs. Sa capacité de production est de 70 à 100 produits / équipe. Il livre plus de 30 commandes par jour.

Pour réussir, de nombreux principes du Lean ont été appliqués :

  • les déplacements sont réduits au minimum ; 2 à 3 pas
  • le 5S est en place : le poste de travail est aménagé de façon à disposer les ingrédients les plus souvent utilisés à porté de main, en petite quantité afin de ne pas encombrer, toujours à la même place
  • Le flux s’écoule pièce à pièce. Aucun encours n’est toléré, permettant ainsi la réactivité face à la demande client assez imprévisible, pouvant changer jusqu’au dernier moment.
  • L’optimisation est faite sur le flux de valeur et non pas sur l’équipement le plus cher, un four en l’occurrence. Celui-ci fonctionne donc en continu mais avec un TRS déplorable.
  • la polyvalence est très importante puisque les opérateurs sont capables de faire l’approvisionnement matière, la prise de commande, la réalisation des produits et le conditionnement.
  • Le standard de production existe et est affiché : chaque geste est identique, mais l’opérateur ne le consulte que très rarement car il le connaît par cœur.
  • le planning est visuel, en flux tiré: les conditionnements indiquent ce qu’il faut faire

Alors, la prochaine fois que vous commanderez une pizza, pendant les quelques minutes d’attente, imaginez…

Le pizzaiolo vous explique que votre pizza préférée n’est plus à sa carte pour réduire son nombre de changements, celle que vous avez prise est prête, il ne faut plus que 3 minutes pour la cuire, mais elle passera au four dans 30 minutes pour améliorer le TRS de son four …..

Pierre-Henri HARTMANN,  avril 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *